Jardinage

Comment lutter contre l’alternariose de la tomate ?


Véritable fléau, l’alternariose de la tomate couvre la plante de taches et rend les fruits impropres à la consommation. Prévention et remèdes naturels, découvrez comment lutter contre cette maladie au jardin bio !

À découvrir aussi :

  • Bien cultiver la tomate
  • Des tomates sans maladie
  • Tomates et tuteur, conseils et idées

Qu’est-ce que l’alternariose ?

L’alternariose est une maladie cryptogamique, c’est-à-dire causée par des champignons. Les coupables sont : Alternaria solani (pour la tomate) et Alternaria alternata ! Comme tous les champignons, ils surviennent dans une atmosphère humide et chaude. Si cette maladie touche principalement la tomate, elle peut aussi affecter la pomme de terre, la betterave, les fruitiers, le chou, la carotte et l’aubergine. Ces champignons restent dans le sol et survivent aux températures hivernales. Ils sont véhiculés par la pluie, le vent, le contact avec entre la terre et la plante ou des semences déjà infectées. Au sein d’une atmosphère humide et chaude, les spores germent et infectent rapidement les pieds de tomates.

Quels sont les symptômes ?

Des taches noires concentriques se développent sur les feuilles, les tiges et les fruits. Sur les fruits, les taches causent des pourritures, ils deviennent immangeables. Ne confondez pas l’alternariose avec le mildiou ! Ce dernier développe des taches jaunes qui finissent par brunir. Surveillez la météo, cette maladie fait son apparition en cas d’un printemps chaud. S’il pleut, cela augmente le risque, mais parfois la rosée suivie d’un après-midi chaud, suffit à créer une atmosphère propice à l’alternariose.

Techniques de lutte préventive

  • Cultiver vos tomates sous abri pour éviter la rosée et les précipitations.
  • Espacer les plants pour éviter de créer des zones humides.
  • Ne pas mouiller le feuillage lors de l’arrosage. N’hésitez pas à utiliser une bouteille d’eau coupée en deux et plantée dans le sol pour ne pas toucher la plante.
  • Effectuer la rotation des cultures.
  • Ne pas installer des plantes sensibles à la maladie côtes à côtes.
  • Choisir des graines certifiées saines et ne pas prélever des graines sur des plants infectés.
  • Choisir des variétés robustes et résistantes aux maladies.
  • Appliquer une couche de paillage pour que le fruit ne soit pas en contact avec le sol humide

Traitements naturels préventifs

Toujours en prévention, pensez à utiliser les purins, infusions et décoctions qui servent à renforcer les plantes, les aider à s’enraciner, à booster la croissance et la fructification.

Purin de prêle

Cet antifongique naturel est utilisé en pulvérisation. Il ne s’utilise pas pur, il faut le diluer à 10% (9L d’eau pour 1L de purin). On l’utilise pour arroser les plantes, à raison d’une à deux fois par mois.

Vous pouvez le réaliser vous-même ou l’acheter en jardinerie.

Infusion d’ail

L’ail a des propriétés antibactériennes et antifongiques. On l’utilise couramment pour prévenir l’apparition de maladies cryptogamiques, comme l’alternariose. Vous pouvez facilement réaliser une infusion d’ail à la maison, en vous munissant une grande marmite.

  1. Hachez finement 500g d’ail.
  2. Mettez ces petits morceaux dans 5L d’eau
  3. Portez à ébullition, puis laissez mijoter pendant 30 minutes
  4. Éteignez le feu et couvrez
  5. Laissez ainsi pendant 12h
  6. Filtrez votre préparation en la versant dans des bouteilles et des bidons
  7. Ça y est ! Elle est prête à être utilisée à l’aide d’un pulvérisateur.

Bacillus subtilis

On utilise cette bactérie pour occuper la place et ainsi empêcher les champignons Alternaria de s’installer. En sécrétant des molécules, elle permet également de lutter contre la germination des spores.

Traitements biologiques curatifs

Il n’existe pas de traitement curatif contre le champignon Alternaria solani, celui qui touche la tomate. Pour ce qui est de la pomme de terre, la betterave et les agrumes, il existe un traitement qui permet de venir à bout de l’Alternaria alternata. Il s’agit d’un autre champignon (Aureobasidium pullulans), que l’on fait entrer en compétition avec l’Alternaria. Pour la tomate, il ne reste qu’à supprimer les plants touchés et prendre soin d’appliquer toutes les mesures préventives.


Video: Noctuelle de la tomate (Septembre 2021).